mont saint michel

Jour après jour, le développement de l’éolien français rencontre une opposition croissante. Le mardi 18 décembre, après une forte mobilisation locale, le préfet de Loir-et-Cher a refusé d’autoriser l’implantation de onze éoliennes dans sa région. Les arguments suivants ont été avancés : protection des habitants et de leur environnement, préservation du patrimoine historique et paysager, présence d’une zone Natura 2000 et proximité de la Loire, patrimoine de l’humanité. Ce dernier exemple, qui s’ajoute au cas emblématique du Mont Saint-Michel[1], révèle que...
Lire l’article