2014

Si chaque année des études avancent dès les mois de mai des intentions de départs estivales à la baisse[1], une tendance se confirme bien depuis 2013 : ceux qui peuvent partir à l’étranger dépensent plus[2]. Une dynamique qui permet aux Tour-Opérateurs de maintenir leur volume d’affaires, mais qui privilégie surtout les marges des spécialistes du sur-mesure que sont de plus en plus les agences de voyages.
Lire l’article