Présidentielle 2012

Mesdames et messieurs les candidats à l’élection présidentielle de mai 2012,

A la différence d’autres professions, je ne vous demanderai ni avantage fiscal, ni subvention, ni Ministre, ni secrétaire d’Etat. Le tourisme est aujourd’hui un des rares secteurs à se passer de financements publics et ce n’est pas la moindre de ses fiertés, dans une période où les libéraux sont parfois les premiers à solliciter le soutien des contribuables.

Non, je vous demanderai simplement plus de considération pour un secteur qui représente plus de 7% du PIB, 3 millions d’emplois, 80 millions de visiteurs par an et qui est le principal contributeur à l’excédent de la balance des services.

Cette réalité est malheureusement occultée, chaque année, par la publication des résultats de la balance commerciale française, qui souffre d’un déficit chronique depuis de nombreuses années. Je ne crois pas que l’industrie française soit capable de rattraper son retard. Cette page de notre Histoire a commencé d’être tournée il y a plus de trente ans. Faire marche-arrière aujourd’hui alors que de nombreux pays émergents nous livrent une concurrence implacable serait une perte de temps qui coûterait cher à tous les Français.

Alors que notre pays a besoin de relancer urgemment sa croissance pour créer des richesses et de l’emploi, il faut concentrer nos efforts sur ce qui fait avancer le pays : les services. Exclus du calcul de la balance commerciale, ils représentent pourtant plus des trois quarts du PIB national et dégagent régulièrement, depuis de nombreuses années, un excédent extérieur de plusieurs milliards d’euros. A titre d’exemple, en 2010, l’excédent des services était de 10 milliards dont plus de 6 milliards pour le secteur du tourisme quand le solde des échanges de biens, lui, présentait un déficit de 53 milliards. Le tourisme, principal contributeur à l’excédent de notre balance de services, présente en outre l’avantage d’être non-délocalisable car il est intimement lié à la richesse de notre culture et de notre patrimoine.

Il est donc important de prendre conscience que c’est le secteur tertiaire, et en particulier le tourisme, qui contribuera à créer les emplois de demain.

Aussi, je souhaite que le futur Président de la République prenne en compte ma requête pour que la balance des services soit enfin intégrée à la balance commerciale, comme c’est déjà le cas en Allemagne.

Richard Vainopoulos

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*