Plus de touristes en France ? Une fausse priorité !

Le Ministre des Affaires Etrangères vient d’annoncer vouloir débloquer 1 milliard d’euros pour atteindre la barre des 100 millions de visiteurs par an à horizon 2020, contre 80 millions aujourd’hui. Encore une fois, nos politiques se trompent d’objectif en matière de tourisme en voulant privilégier le volume sur les recettes. La France n’a pas besoin de plus de touristes, elle a besoin que ses touristes dépensent plus.

Il est temps de rétablir certaines vérités : la France n’a pas de problème de volume mais de recettes.

•    La France n’est que la 3ème destination mondiale en termes de recettes : l’Espagne et les Etats-Unis ont une industrie touristique beaucoup plus rentable. La priorité consiste donc à faire en sorte qu’un touriste en France dépense autant quand Espagne, ce qui générerait 15 milliards d’euros et près de 200.000 emplois directs et indirects.

•    La France n’accueille pas 80 millions de touristes : à ce jour près de la moitié de ces visiteurs sont simplement en transit. Un premier objectif serait donc d’inciter les 35 millions de passants à rester en France.

•    Le fond de 500 millions d’aides à l’hôtellerie annoncé par la Caisse des dépôts ne bénéficiera qu’aux grands groupes dominants, au détriment des petits acteurs.

•    Dans son rapport 2015 le World Economic Forum de Davos a souligné que notre pays se classait à la 62ème pour la « sécurité », à la 139ème place en termes « compétitivité-prix ». En résumé, nos touristes hésitent à sortir des centres des métropoles et considèrent que les prix sont bien trop élevés. Voilà les deux axes prioritaires que devrait s’assigner Monsieur Fabius et non la couverture wifi du territoire !

•    Enfin, il faut considérablement augmenter l’attractivité des sites secondaires, où le potentiel de progressions des marges est les plus important. Et pour cela, il serait certainement judicieux de laisser la main aux acteurs privés et éviter un énième grand plan public sans lendemain.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*