• slider

    slider

Dans l’aérien, le temps est au changement. Air France remet en question les sacro-saints billets « gratuité partielle » de ses employés pour redresser ses finances, Ryanair demande à décoller d’Orly pour atteindre la clientèle affaire et les compagnies du Golfe dénoncent ouvertement le protectionnisme européen pour mieux conquérir le marché mondial. Difficile de dire qui en sortira gagnant. Aujourd’hui pointées du doigt, les majors européennes n’ont pas dit leur dernier mot. Reste à aller au bout de leurs efforts de productivité...
Lire l’article

Professionnels du tourisme et voyageurs sont constamment abreuvés d’études d’intentions de départs dont les résultats disent tout et son contraire. On constate en particulier la multiplication de sondages portant sur des périodes très courtes ou à la suite événements spectaculaires, aux enseignements très incertains, pour ne pas dire nuls. Les terribles attentats qui ont frappé l’Ile-de-France en janvier ont malheureusement été l’occasion de le constater une nouvelle fois.
Lire l’article

L’APST fait couler beaucoup d’encre depuis quelques jours. A raison. L’effort demandé aux adhérents pour pouvoir continuer d’être garantis est considérable. Pourtant on se trompe de cible en dénonçant uniquement le doublement de la caution minimale et des cotisations. Le vrai problème insurmontable, c’est le doublement du taux appliqué pour le calcul des garanties, qui implique de disposer d’un patrimoine dont peu d’agences peuvent se prévaloir.
Lire l’article

Face à une crise économique encore bien présente, face à la consolidation des grands acteurs du secteur touristique et aux nouvelles exigences des consommateurs européens, il faut agir. C'est dans ce but que TourCom a signé un accord avec rtk International qui préfigure le paysage des réseaux touristiques de demain. L’alliance AVITOUR‐rtk International‐TOURCOM donnera un poids économique et sera un acteur incontournable dans l’Europe de demain.
Lire l’article

Si chaque année des études avancent dès les mois de mai des intentions de départs estivales à la baisse[1], une tendance se confirme bien depuis 2013 : ceux qui peuvent partir à l’étranger dépensent plus[2]. Une dynamique qui permet aux Tour-Opérateurs de maintenir leur volume d’affaires, mais qui privilégie surtout les marges des spécialistes du sur-mesure que sont de plus en plus les agences de voyages.
Lire l’article