Lutte contre le terrorisme : la sécurité se joue dans les aéroports, pas dans les agences de voyages

Les pouvoirs publics ont une imagination débordante dès lors qu’il s’agit d’inventer de nouvelles obligations à mettre à la charge des agences de voyages. En juillet, une disposition était ajoutée en catimini dans la loi de réforme de l’hôpital pour obliger les agences à informer leurs clients sur la situation sanitaire de leur destination, grippe A oblige. Aujourd’hui, les agences sont mises à contribution dans la lutte contre le terrorisme !

Le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux veut que les données personnelles des passagers soient transmises dès la phase de réservation des billets, que celle-ci ait lieu en agence, auprès de la compagnie directement ou sur internet.

Et par données personnelles, le gouvernement n’entend pas seulement l’identité mais l’adresse de facturation, le moyen de paiement, le numéro de téléphone et l’adresse e-mail du client. Indépendamment du temps de saisie que cela va demander aux agences de voyages, ce projet pose de vraies questions.

Que se passera-t-il si le client refuse de donner certaines informations ou fournit de faux renseignements ? La responsabilité de l’agence pourra-t-elle être engagée ? L’agence devra-t-elle contrôler l’identité de leurs clients ? En a-t-elle le droit ?

Au lieu de se décharger une fois encore sur les agences de voyages, les pouvoirs publics devraient renforcer la sécurité là où elle le plus utile : dans les aéroports. Il faut savoir que les aéroports financent leurs dispositifs de sûreté par une taxe (encore une !) qui ne fait qu’augmenter. 10 euros par billet en 2010, c’est énorme ! Surtout quand on voit – chacun a pu le constater au cours d’un voyage – le manque d’efficacité pour ne pas dire le laxisme de certains contrôles.

Pour être efficace, la sécurité au sein des aéroports doit être confiée à des agents assermentés, représentants de la force publique et non à des sociétés sous-traitantes dont le professionnalisme n’est pas suffisamment vérifié.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*