« Les mutuelles feraient mieux de se concentrer sur leur métier »

Aujourd’hui, de nombreuses mutuelles françaises proposent sur leur site internet à leurs adhérents, voire parfois à leurs proches, un ensemble de réductions sur des voyages et des prestations de transport et d’hébergement. Ces avantages offerts en marge du métier des mutuelles dans le cadre de partenariats commerciaux avec des TO, des chaînes hôtelières et des loueurs de voitures constituent un danger pour les consommateurs, une concurrence déloyale pour les agences de voyages et un risque pour l’image des mutuelles.

Pour Richard Vainopoulos, président de TourCom, « la concurrence est aujourd’hui très rude dans le secteur des mutuelles et chacune essaye d’attirer le plus d’adhérents possibles en développant des produits d’appel qui n’ont rien à voir avec leur métier. Mais cette concurrence se fait au détriment de la protection du consommateur et des agences de voyage qui ont à assumer des garanties relativement contraignantes. »

Les consommateurs se tournent d’autant plus facilement vers les « partenaires-vacances » des mutuelles qu’ils bénéficient de réductions et qu’ils accordent leur confiance à leur mutuelle. Mais le président de TourCom s’interroge : « que se passera-t-il le jour ou une mutuelle sera mise en cause par un groupe de consommateurs bloqués du fait d’une catastrophe naturelle ou d’un dépôt de bilan d’un prestataire ? Quels arguments une mutuelle pourra-t-elle invoquer quand ses clients lui demanderont réparation ? ».

Richard Vainopoulos rappelle que dans le cadre de la refonte de la directive « voyages à forfait », les travaux de la Commission européenne s’orientent vers l’extension de la responsabilité du vendeur de voyage. « Dans le secteur du tourisme, nous connaissons tous la volonté de la Commission d’offrir le maximum de garanties aux consommateurs. Les mutuelles ne tarderont pas à le savoir si elles persistent dans cette voie ».

D’autant qu’il ne s’agit pas là du seul principe fondamental européen qui se trouve heurté de plein fouet. La concurrence que font les mutuelles aux des agences de voyages en agissant de la sorte s’avère déloyale à plusieurs égards. Elle pourrait faire l’objet d’un examen approfondi par les autorités compétentes. Le président de TourCom déplore en effet que « les réductions offertes par les mutuelles ne procèdent pas d’une politique de fidélisation des adhérents par l’octroi d’avantages ponctuels. Il s’agit d’une véritable politique commerciale de réductions permanentes et accessible aux adhérents et à leurs proches. C’est là un abus caractérisé. »

Ne souhaitant pas en rester là, Richard Vainopoulos a adressé à ce sujet des courriers au président de la Mutualité Française qui fédère des membres du mouvement mutualiste et aux présidents de la MATMUT et de la MACIF, deux mutuelles qui figurent parmi celles qui mettent le plus en avant leur offre de voyage. « J’attends toujours une réponse de leur part. Je suis sûr qu’elle ne saurait tarder car j’en ai appelé à leur sens des responsabilités. Les présidents des mutuelles comprendront qu’ils ont tout à perdre avec ce genre de pratiques hasardeuses. En faisant autre chose que leur métier, ils prennent le risque de se discréditer sur leur cœur de métier à savoir protéger et prémunir leurs adhérents contre les aléas de la vie. Gageons que cette situation ne durera pas ».

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*