Le tourisme au cœur de l’élection présidentielle sénégalaise

Le premier tour de l’élection présidentielle sénégalaise aura lieu le 26 février prochain. Le tourisme fait partie des enjeux majeurs du scrutin.

Une destination prisée par les Français

Fort d’un ensoleillement ininterrompu toute l’année et d’un patrimoine culturel et environnemental particulièrement riche (delta du Saloum, île de Saint-Louis ou encore de Gorée, tous trois classés par l’UNESCO), le pays a promu l’industrie touristique dès les années 1970 (le Club Med y ouvrit son premier village de vacances en 1973). Ces dernières années, le pays a enregistré entre 450 et 700 mille arrivées de touristes dont la moitié environ de Français. Le secteur est un des plus importants créateurs d’emplois, représente la seconde source de devises étrangères et génère près de 7% du PIB.

– 10%en dix ans

Depuis une dizaine d’années en effet, le pays accumule les difficultés. Une forte saisonnalité (les départs s’effectuent majoritairement de novembre à mai), un conflit en Casamance qui n’a toujours pas trouvé de solution, une fiscalité particulièrement élevée (les taxes d’aéroport peuvent atteindre jusqu’à 65 euros !) et le contexte économique difficile dans les pays émetteurs ont détourné quantité de touristes vers des destinations alternatives comme le Cap-Vert, le Maroc ou la Tunisie. Entre 2007 et 2009, les recettes générées par le secteur ont chuté de près de 10%.

Tirer le tourisme vers le haut

A ce jour, les propositions des candidats d’opposition pour redresser le secteur restent vagues : accroître la compétitivité du secteur, rehausser la qualité de l’offre ou encore favoriser le tourisme culturel et environnemental. Quant au président Wade – qui se prédit une large victoire – il promet de relancer le tourisme dans la région de Dakar pour en faire le premier secteur de l’économie d’ici 2020. A voir après les résultats…

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*