Haute saison, basse saison : une conception dépassée du tourisme

La reprise des ventes de voyages au mois de mai le montre : la crise n’a pas empêché les Français de se faire plaisir en achetant, souvent à la dernière minute, des courts séjours pour les différents week-ends prolongés. Cette embellie confirme une tendance lourde : aujourd’hui, les Français partent en voyage tout au long de l’année.

Il y a environ 15 ans, les départs se concentraient presque exclusivement sur quatre mois qui recouvraient grosso modo les périodes de vacances scolaires. Depuis la création des RTT, la multiplication des transports rapides et la démocratisation des prix, c’est sur douze mois que se répartissent les départs. Au lieu de partir quatre semaines d’affilée l’été, les Français optent de plus en plus pour des vacances fractionnées toute l’année.

Résultat : les week-ends et très courts séjours représentent une part croissante des ventes de voyages. Avec une forte demande de prestations haut de gamme pour ce type de séjours, souvent achetés à la dernière minute, ce marché fait partie des plus prometteurs pour les agences de voyages qui disposent de la réactivité nécessaire pour répondre à ce type de demandes.

Dans ce contexte, il est devenu totalement absurde et dépassé de parler de haute et de basse saison. Aujourd’hui, une « mauvaise saison » peut très bien être compensée par des ventes de dernière minute, qu’il s’agisse de week-ends ou de séjours.

Schématiquement, il serait plus juste de distinguer aujourd’hui les deux « saisons » suivantes : de juillet à septembre pour les familles et les budgets maîtrisés ; et d’octobre à juin pour les couples et les budgets plus importants.

Les professionnels du tourisme doivent adapter leurs tarifs à ces nouvelles habitudes de consommation : en mettant fin aux tarifs haute et basse saison et en lissant leurs prix sur toute l’année. Bien sûr, pour proposer des tarifs plus linéaires, les tour-opérateurs devront se mettre d’accord avec les hôteliers. Mais il est certain que cette nouvelle politique tarifaire et ses avantages en matière de lisibilité pour les consommateurs de voyages ne feront que dynamiser le marché du tourisme, en France comme à l’étranger.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*