Et si les agences vendaient autre chose que du voyage ?

Le marché des agences de voyages est un marché moyen / haut de gamme. Si la plupart des distributeurs se rangent aujourd’hui à cette évidence, il faut prendre la mesure des possibilités offertes par ce positionnement, à l’heure où la nouvelle réglementation permet aux agences de diversifier leurs activités.

S’adresser à une clientèle moyen / haut de gamme, cela ne veut pas seulement dire vendre des voyages… moyen / haut de gamme ! A nous de savoir proposer la vente, autour du voyage, de services qui répondent aux besoins de nos clients. Non seulement cette démarche est conforme à notre vocation de commerçants, mais pour une fois, la réglementation nous y incite puisque la récente loi de modernisation des services touristiques autorise désormais les agences à développer d’autres activités.

Tout reste à inventer, les possibilités sont immenses. Encore faut-il faire un choix qui tout à la fois soit rentable et corresponde à la valeur ajoutée offerte par l’agence. De l’assistance 24h/24 à l’enlèvement et la livraison de bagages, en passant par le gardiennage pendant l’absence des clients, il suffit de faire preuve d’imagination pour répondre aux multiples besoins que peut éprouver un voyageur. A l’heure où les services à la personne et, parmi eux, les offres de conciergerie prospèrent, les agences de voyages ont toute leur place à prendre. Elles disposent d’un atout formidable : leur réactivité, qui leur permet de répondre à toutes les demandes et notamment celles de dernière minute.

De manière générale, il est temps que les agences assument, sans complexe, leur statut de commerçants. Toute prestation supplémentaire doit être rémunérée, c’est cela, le commerce !

Les autres prestataires de services ne s’y sont pas trompés. Il suffit de regarder du côté des compagnies aériennes low-cost qui, elles, n’ont pas hésité à faire du supplément la base de leur modèle économique. Ces compagnies facturent systématiquement et sans aucun scrupule chaque prestation, y compris la plus insignifiante. Sans parler des banques qui, nous l’avons tous constaté, facturent en permanence des suppléments… sans perdre pour autant leurs clients. Les agences de voyages, quant à elles, hésitent encore à facturer des devis… il est temps de nous adapter !

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*