Crash de Yemenia : avec plus de transparence en matière de sécurité aérienne, le drame aurait pu être évité

Il aura fallu le tragique accident de l’Airbus de Yemenia pour démontrer l’inefficacité de la liste noire européenne. L’insuffisance de ses critères, son manque de transparence ainsi que sa portée limitée au territoire européen sont quelques-unes des raisons qui ont permis à l’appareil de la compagnie Yemenia Airlines de voler entre le Yemen et les Comores.

Il faut bien comprendre l’hypocrisie de la liste européenne, qui ne recense comme compagnies dangereuses…que des compagnies non européennes ! Elles ont interdiction de voler dans notre espace aérien … mais elles ont toute liberté, et en toute impunité, ailleurs, dans le monde. L’Europe était informée de l’état de l’appareil de Yemenia puisque cet appareil était interdit de circuler depuis près de deux ans. Et comme voler hors du ciel européen ne nous concerne plus, personne ne s’en est soucié.
Est-ce là une conception juste et digne de la sécurité des passagers ?

L’absurdité et l’injustice du système nous pousse à nous interroger :
L’Union européenne craint-elle à ce point le lobby des compagnies aériennes ?
Pourquoi refuse t’elle de rendre accessibles, en toute transparence, les données relatives à la sécurité des transporteurs ?
Qu’y a-t-il de si confidentiel à protéger ?

Pour améliorer le système, trois mesures sont indispensables. La première est la création d’une liste mondiale des compagnies à risques. La deuxième est la transparence des données concernant la sécurité aérienne : le grand public comme les professionnels du tourisme doivent être informés par la DGAC des risques lorsqu’ils sont constatés. La troisième mesure, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler sur ce blog et ailleurs, est l’intégration de critères financiers dans les contrôles effectués. Bien souvent, une compagnie en difficulté financière rogne sur les mesures de sécurité. Un certain nombre d’impayés donnent des indices sur la santé financière et donc sur la fiabilité technique d’une compagnie ; il ne faut pas les négliger.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Champs requis *

*